• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

LA GUINEE : 4 ESPOIRS DONT 3 PERDUS ET 1 EN COURS

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
LA GUINEE : 4 ESPOIRS DONT 3 PERDUS ET 1 EN COURS : 

Par ses propres fils et filles, la grandeur de la Guinée de 1958 avec ses immenses ressources humaines et minières est réduite en miniature au seuil et aux yeux des autres pays Africain et le reste du monde. Des petits et pauvres pays défendus par la guinée autre fois deviennent aujourd’hui défenseurs de la Guinée.

Guinéens et Guinéennes, pour l’honneur de nos ancêtres qui se sont opposés à la pénétration coloniale, pour le courage et la détermination de nos parents qui ont libéré la Guinée de l’impérialisme  et pour  l’avenir de nos enfants,  nous devons prendre conscience de savoir que nous avons une exigence et responsabilité de faire sortir l’image de la grandeur de notre pays : la Guinée. 

En guinée, certains de nos dirigeants et leadeurs politiques trompent l’opinion nationale. Ils acceptent tout ce qui est de leurs intérêts même si cela est au détriment du peuple et refusent tout ce qui est au détriment de leurs intérêts même si cela est au bénéfice du peuple. Ces données doivent être inversées pour garantir le respect de la loi, celui des droits de l’homme et au bénéfice des futures générations.  Que les partis politiques et leurs membres adhérents soient un facteur démocratique mais pas une arme de division entre les Guinéens.

Guinéennes et Guinéens, nous devons accepter nos différence comme un atout, nous devons cultiver la tolérance comme une force, nous devons développer le patriotisme (la Guinée d’abord) comme une arme et la vérité comme un mot d’ordre. Car, quelque soient les circonstances et quelque soit notre lieu de résidence, on ne peut pas refuser ou nier ce qui nous est commun : être Guinéen.
La patrie fait appel à la conscience de tout un chacun de nous. Unissons-nous et ensemble répondons à cet appel d’honneur pour la démocratie et le changement en Guinée.


Conseils au Président Capitaine Moussa Daddis Camara:

Excellence Monsieur le président, en tant que Guinéen, soucieux de l’avenir de notre pays et connaissant votre engagement, votre détermination, patriotisme et transparence pour le développement de la Guinée, je reconnais personnellement que le problème de votre programme réside dans la difficulté pour vous de trouver des hommes et femmes ayant les mêmes aspirations et visions que vous pour le bonheur de notre pays. 
Monsieur le président, depuis l’indépendance 1958, nos gouvernants des deux régimes se sont succédé au pillage, à la corruption, à l’impunité, à l’ethnocentrisme et à la violation des droits de l’homme.  L’indépendance de la Guinée en 1958 a été pour elle et toute l’Afrique, une fierté, une reprise des droits confisqués par la colonisation et un renouveau patriotique mettant à profit nos valeurs de civilisation.

Le succès remporté par la Guinée sur ses envahisseurs a été manifestement considéré par la métropole comme une trahison et une remise en question de la puissance occidentale. Parce que la jeune République, irréductiblement attachée à sa personnalité ne voulait plus se soumettre à un joug étranger. Ses fils ont été opposés les uns aux autres par leurs ennemis communs dans le but d’affaiblir les options nationales et d’assombrir les voies de développement ambitionné par ses citoyens.

Tout cela montre en quoi nous sommes autorisés à dire que notre pays colonisé a eu, pour recouvrir son indépendance, à choisir une voie difficile, celle de la reconquête de la souveraineté confisquée, mais une voie incontournable. Pour atteindre l’équilibre interne et la solidité des liens entre les fils du peuple, le courage des guinéens connu à des tournants décisifs, leur faculté de se relever des plus difficiles secousses pour poursuivre la route ont montré les aspects les meilleurs de la lutte. Le Guinéen a seulement souffert, mais a préféré les pires difficultés à la démission devant l’histoire. Cette mission a été accomplie par tous les Guinéens de toutes les ethnies Guinéennes ensembles.

Depuis cette date historique et valeureuse pour tous les Guinéens, la Guinée a eu 4 espoirs dont trois perdus et 1 en cours. Le quatrième espoir en cours est dans vos mains.  Excellence Monsieur le président, espérant connaitre votre patriotisme, votre sens élevé du devoir, votre ouverture au dialogue et votre franchise, j’ose vous dire que les Guinéens ne veulent pas perdre cet espoir et par la grâce de DIEU ne perdront pas cette fois-ci.
 
1 - Le premier espoir perdu était en 1958 dont les dirigeants d’alors ont été  rapidement trompés par l’honneur et l’enthousiasme du pouvoir. Ils se sont mis aux pillages des ressources humaines (le guinéen a fermé ses yeux et s’est concentré sur sa vie quotidienne). Le monde et l’histoire en parleront toujours.
2 - Le deuxième espoir encore perdu était en 1984. Le même scénario s’est produit avec pillage non seulement des ressources humaines mais aussi des ressources minières en cultivant l’ethnocentrisme, le régionalisme et le clientélisme dans notre pays (encore le guinéen a fermé ses yeux et s’est concentré sur sa vie quotidienne). Le monde et l’histoire en parleront toujours.
3 - Le troisième espoir perdu était celui obtenu après la grève générale de Janvier-Février 2007 dont encore l’ethnocentrisme, le clientélisme, régionalisme et l’opportunisme ont déçu le peuple Guinéen en croyant que le sacrifice humain consenti par les guinéens pour le changement dans leur pays sera une peine perdu. Et ce sacrifice ne sera pas perdu. Ces victimes ne seront jamais oubliées. Car, un parc public sera construit et une journée nationale sera décrétée sur toute l’étendue du territoire nationale à leur mémoire. Que cette journée soit le dernier jour de Janvier donc à la veille du mois de février de chaque année. Car les jeunes sont l'espoir et les garants de l'avenir des futures générations, donc, leurs droits sont sacrés. Le monde et l’histoire en parleront toujours.
4 - Le quatrième espoir décisif, d’abord non perdu et qui ne se perdra pas, s’est présenté au peuple de Guinée tout récemment, le 23 Décembre 2008 sous votre bienveillance, Capitaine Moussa Daddis Camara.

Rappelez-vous que cet espoir est dans vos mains Capitaine. Les guinéens et guinéennes mus par leur amour de la patrie, leur motivation et leur engagement citoyen en vue de réaliser la vraie démocratie du pays vous respectent, soutiennent et encouragent. Mais, ils ne sont non plus prêts à perdre ce quatrième espoir dont les raisons sont simples. Etant Guinéen avec une seule ambition : le changement dans mon pays, je vais toujours soutenir et encourager les bonnes actions du CNDD et son gouvernement. Mais, je n’hésiterais et ne tarderais non plus de leur dire ce que je crois être la vérité par rapport à leurs erreurs ou mauvaises décisions politiques pour le bénéfice de tous les Guinéens. Exemple de certaines erreurs ou mauvaises décisions politiques : démolition des bâtiments du pauvre Guinéen sans dédommagement, les audits sans passer par la justice, la décision des militaires d’ôter leurs tenues pour rentrer en politique, l’interdiction des partis politiques aux médias etc.….

Mon Capitaine, la vérité est amère mais triomphe toujours. Si elle est acceptée comme telle, la vie prend le gout du miel et chacun veut gouter.  Si elle est transformée, la vie prend le gout de la quinine, personne ne veut gouter mêmes les paludéens bien que cela soit bon pour leur santé. Ainsi, je vous dirais en tant que frère et patriote guinéen de la même génération que vous (celle d’après 1958) certains faits:

Si certains de votre entourage et leadeurs politiques vous conseillent d’ôter votre tenue et vous présenter aux prochaines élections, ils vous exposent devant l’histoire et devant votre peuple. Certains de votre entourage qui vous le conseillent savent que si les élections sont organisées maintenant, ils n’auront pas suffisamment du temps pour s’enrichir sur le dos du pauvre Guinéen. Certains leadeurs politiques qui vous le disent savent aussi qu’ils n’ont aucune chance d’être élus aux prochaines élections. Donc, comme cela est au détriment de leurs intérêts mais au bénéfice du peuple, ils feront tout ce qui est de leur pouvoir à fin qu’il n’y est pas d’élections libres et transparentes ou vous exposer à ne pas respecter vos engagements.

Excellence faites les savoir que la conviction démocratique de la génération d’après 1958 est différente de celle d’avant 1958 en respectant tous vos engagements tenus devant le peuple de Guinée.  Car ils savent qu’après 50 ans de dictature avec un faible rendement dont 24 ans de pouvoir militaire, le Guinéen dira non au pouvoir militaire pendant les prochaines élections. Ils le savent mais encore veulent tout simplement vous exposer. Raison pour la  quelle la Guinée a toujours connu la démagogie depuis son indépendance mais jamais la démocratie. Donc, il faut faire la rupture avec le passé et changer les vieilles mentalités.

Mon capitaine, certains de votre entourage et leadeurs politiques savent aussi que les Guinéens de l’intérieur comme de l’extérieur résisteront pacifiquement avec patriotisme à cette tentative comme ils l’ont fait en 1958 avec fierté, une reprise des droits confisqués par la colonisation et un renouveau patriotique mettant à profit nos valeurs de civilisation. Les guinéens ensembles comme Janvier-Février 2007, vont préférer les pires difficultés qu’à la démission devant l’histoire.   
Excellence rappelez-vous des beaux slogans du peuple de Guinée en 1984, et rappelez-vous des cris et grèves du peuple Guinéen de 1998 à 2008. Donc, la meilleure façon pour un chef de sortir par la grande porte en marquant son histoire et sauvant l’honneur de ses enfants et celui de son pays comme celles des autres considérées bonnes et universelles est de mériter le respect de tout son peuple mais pas de celui d’un clan ou d’un groupe d’opportunistes.  


Abraham Lincoln (Etats-Unis d’Amérique), Nelson Mandela (Afrique du Sud), ATT (du Mali) pour ne citer que ceux-là ont mérité le respect non seulement des leadeurs politiques de leur pays, mais aussi de leur peuple et de la communauté internationale. Capitaine Daddis, le respect ne s’impose pas mais se mérite par la vérité, l’honnêteté, la sagesse et le travail bien fait et vous avez ces qualités, donc appliquez-les sans écouter les opportunistes. 

Monsieur le président, ne vous poser pas aussi la question de savoir qui soutien et qui ne soutien pas, qui respect et qui ne respect pas le CNDD. Mais plutôt, posez-vous la question de savoir comment réunir tous les enfants honnêtes et patriotes de la Guinée avec certaines expériences partout où ils se trouvent et malgré nos différences à fin de faire face à la situation actuelle du pays au bénéfice de nos futures générations.

La situation actuelle de la Guinée mérite une attention particulière de tous ses fils et toutes ses filles sans exception. Nous le connaissons tous et nous devons l’accepter aussi ensemble pour le bonheur de la jeunesse guinéenne.
Pour le sacrifice consenti par tous les enfants du pays de la pénétration coloniale en passant par la lutte pour l’indépendance jusqu’aux grèves et manifestations récentes, Dieu vous a choisi et vous a donnée la balle sur une surface propice du terrain, a vous de marquer le but. 


QUE DIEU BENISSE LA GUINEE

Oumar Ballet Diallo
ADEGUI – Président
Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Web site: www.adegui.com

 

 

 

Exclusif

CONGuinée: Les grands défis d'une diplomatie nouvelle

Saikou DialloLe respect des principes fondamentaux, le développement et la promotion de la culture doivent constituer les trois piliers de la nouvelle politique étrangère guinéenne. Dans cette optique, la Guinée ne doit pas, dans le cadre de ses relations diplomatiques et de coopération externe, s’écarter des principes qui fondent l’existence d’un État libre et souverain.
Dans la lignée de l’axe traditionnel d’une politique étrangère, la politique étrangère guinéenne doit mettre l’accent sur :
 a) le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays ;
 b) la paix, la stabilité, le règlement pacifique des différends ;

Lire La Suite



AudioNow

Telimele

Bruxelles : les intellectuels, opérateurs économiques et ressortissants de Télimélé se mobilisent.

À Télimélé, " sur 100 enfants, 40 n’ont pas encore la chance d’aller à l’école. 25 pour cent des écoles sont d’initiatives communautaires et dans certaines sous-préfectures, elles représentent environ 50 pour cent des établissements publics  comme à Koba, Kollet, Missirah", rapportent les experts…

Le forum international pour le développement de Téliméle a réuni durant trois jours à Bruxelles de nombreux ressortissants de cette préfecture située à cheval entre la moyenne et la Basse Guinée.

Lire La Suite



Special

CONAKRY : Calvaire des Usagers de la route

La capitale guinéenne, qui a été fortement secouée cette semaine qui finit par de multiples mouvements de jeunes de nombreux quartiers réclamant du courant électrique a vu de nombreux citoyens se terrer chez eux. Les uns excédés par les violences de ces manifestants qui n’hésitent pas à casser des voitures ou procéder à des brigandages, d’autres ne supportant plus les interminables embouteillages.

Lire La Suite



Google Ads

President Obama

Le President OBAMA s'adresse aux Africains contre EBOLA. Cliquez ce lien Le President OBAMA s'adresse aux Africains contre EBOLA