• Le 3ème Parlement multipartite de Guinée débute son mandat « … Notre vision de la 3ème législature Read More
  • Publireportage : Assemblée du 20 Avril 2014 Les ressortissants de Télimélé vivant aux Etats-Unis ont l’agréable Read More
  • Sécurité routière : Bientôt la campagne de contrôle des documents des véhicules Le directeur Central de Read More
  • Guinée : 37 malades guéries de la fièvre hémorragique à virus d'Ebola (OMS) CONAKRY, 12 avril Read More
  • Ouverture de la 1ère session de la 3ème législature multipartite: en pensent les honorables députés Read More
  • L’Assemblée Nationale : ‘’Un cadre idéal de débats et d’échanges’’ Les premiers pas des députés de Read More
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Google ads

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Gestion du pouvoir : La simple idée de Ville Morte fait trembler Alpha Condé et le gouvernement PANIQUE

(Pour Ecouter, appuyer ci-dessous)

{play}media/mp3/art2045.mp3{/play}

En Guinée, il suffit que Cellou Dalein donne le ton pour que le pouvoir actuel ne trouve plus le sommeil. La panique est totale dans la gestion des affaires publiques.

Depuis l’annonce, le Samedi dernier de la Ville Morte programmée pour ce Lundi 13 Février 2012, toutes les dispositions sont prises par les autorités pour tenter de minimiser les dégâts de cette décision. Dès Samedi soir, le Gouverneur de Conakry est monté au créneau pour demander « pardon » aux uns et aux autres d’aller au travail,

en invoquant, dans un premier temps, la présence d’investisseurs qui sont pleins dans les hôtels, et dans un second, les réalisations du régime actuel.

Par la suite, Resko CAMARA invitera ses concitoyens à vaquer à leurs occupations en insistant sur l’obligation des transporteurs à mettre leurs outils de travail à la disposition des usagers. Il prendra même le soin de proférer des menaces à l’encontre des commerçants qui n’ouvriront pas leurs boutiques au risque de voir ces boutiques « attribuées » à d’autres, comble du ridicule.

Dans la même foulée, l’assistance assistera, toujours à la RTG, à une déclaration d’un certain syndicat de transporteurs acquis à la cause du pouvoir qui promettra le service pour les usagers de la route, sans réellement dire comment.

La Panique est totale avec ces deux interventions, montrant ainsi que c’est le gouvernement lui-même et ses démembrements qui font la publicité de la ville morte. En effet, avec ces déclarations, il y a plus de guinéens qui ont appris la décision de ville morte de l’opposition parce que la RTG est regardée sur l’ensemble du territoire national, alors que la déclaration de l’opposition n’a été diffusée que sur les télé et radios qui couvrent Conakry et ses environs. Ceux et celles qui n’étaient pas informés, l’ont été grâce à ces deux interventions.

Très tôt le matin, les forces de l’ordre ont été déployées à tous les carrefours de l’axe et sur le littoral, comme pour faire peur aux uns et dissuader les autres, conséquence, les gens sont restés à la maison. Les plus courageux ont pris le risque de sortir pour aller au travail. Mais à mi-chemin, les uns ont entendu des coups de feu et les autres des coups de fil leur demandant de rester à la maison parce qu’il y a des tirs du côté de Hamdallaye-Taouyah. Ces faits et gestes ont donné de l’ampleur à la ville morte. Personnellement, j’ai déposé les enfants à l’école et à peine 45 minutes après, ils m’ont demandé d’aller les chercher parce que la décision a été prise de fermer l’école. En demandant aux enfants pourquoi cette décisions, mes filles m’ont dit que c’est en guise de solidarité envers des commerçants qui ont été attaqué à Bambéto le Jeudi dernier.

A l’émission des Grandes Gueules de la Radio Espace FM, il y a toujours trois sujets à débattre. Ce matin, il y avait juste un : « La Ville Morte de l’Opposition ». Dans les commentaires, les animateurs ont reconnu avoir eu de leurs correspondants respectifs à l’intérieur du pays que le mot d’ordre a été suivi dans la plupart des cas. Les transports et les commerces sont paralysés effectivement. La journée a aussi été celle de toutes les émissions interactive durant lesquelles, les auditeurs comprennent de plus en plus le bien fondé de l’opposition dans sa décision à vouloir observer cette ville morte en Guinée se protestation contre les violations et manquement au respect des droits de l’homme et l’instauration de la dictature dans le pays.

Heureusement que le ridicule ne tue pas avec la sortie du Ministre de l’information et porte-parole du gouvernement qui dit ne pas considérer la déclaration non signé qui est assimilée à un tract et qu’il n’y a pas eu de suivi parce qu’il se trouve dans un embouteillage monstre, comme pour dire que tout va bien. Il oublie de dire que c’est justement ce « tract » qui panique son gouvernement y compris Alpha CONDE.

Dans la communication avec les différents représentants des partis membres du Collectif et de l’ADP de l’intérieur du pays, il ressort que le mot d’ordre de ville morte a été scrupuleusement respecté dans las plus part des cas. Bien entendu si les critères d’évaluation de l’action de cette journée est la mort effective de la ville de Conakry, c’est-à-dire pas un chat dans les rues, on ne peut pas parler de ville morte parce que personne ne peut empêcher Conakry de bouger au quotidien pour cause de conjoncture économique. Mais si la décision de ville morte visait essentiellement à montrer au pouvoir que trop, c’est trop et qu’il ne peut pas faire ce qu’il veut de ses administrés, alors là, la réussite est totale parce que les militants de l’opposition et les citoyens reconnaissent non seulement le droit de montrer un mécontentement général, mais aussi et surtout, ils adhèrent à la cause dans la discipline certes, mais également la fermeté de l’action.

C’est justement cette fermeté et cette cohésion dans la mobilisation qui fait peur au pouvoir et surtout à Alpha CONDE, au point de le voir convoquer dès Samedi,  pour désamorcer la bombe du Lundi, des jeunes de Conakry avec la RTG pour faire croire qu’il s’agit de jeunes de l’axe du changement. Mais les choses sont vite rentrées dans l’ordre parce que nul peut tromper le guinéen désormais.

La Panique est totale et cela ne fait que commencer !

La Morale de cette journée est que lorsque le fruit est mûr, il tombe tout seul. Mes chers compatriotes, le fruit Alpha CONDE est mûr, à vous de voir la suite.

Mamadou BARRY, Analyste Financier Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 68-28-09-09 (Orange – 28 – Septembre – 2009)

Social

Guinée : 37 malades guéries de la fièvre hémorragique à virus d'Ebola (OMS).

Depuis la mise en place d'une plan national de lutte contre les ravages de la fièvre hémorragique à virus d'Ebola, 37 personnes ont été guéries de cette maladie, a déclaré samedi Philipe Barboza de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Le dernier bilan officiel fait état de 158 cas suspects sur 102 décès enregistrés dans les centres de traitement à Conakry et dans les préfectures de Kissidougou, Mecenta, Guékédou et Dabola, situées au centre et au sud est de la Guinée.
Au cours d'une conférence d'information, l'expert médical de l'OMS a estimé que les efforts consentis par le gouvernement guinéen appuyés par les partenaires sanitaires internationaux dont l'OMS, Médecin sans frontière (MSF) et l'Unicef, ont permis de stabiliser l'élan d'évolution de l'épidémie dans le pays.
"Ces personnes guéries d'Ebola sont sorties des centres de traitements et elles continuent de mener une vie normale à Conakry et à l'intérieur du pays", a affirmé Dr Barboza, avant de précisé que "la fièvre Ebola n'est pas une fatalité, car elle est une maladie au même titre que les autres maladies".

Lire La Suite





Special

CONAKRY : Calvaire des Usagers de la route

La capitale guinéenne, qui a été fortement secouée cette semaine qui finit par de multiples mouvements de jeunes de nombreux quartiers réclamant du courant électrique a vu de nombreux citoyens se terrer chez eux. Les uns excédés par les violences de ces manifestants qui n’hésitent pas à casser des voitures ou procéder à des brigandages, d’autres ne supportant plus les interminables embouteillages.

Lire La Suite



Exclusif

CONAKRY : Les émeutes du courant

En venant au pouvoir il y aura bientôt trois ans, le Président Alpha Condé avait inscrit dans ses priorités la fourniture de l’eau et de l’électricité aux populations guinéennes et celles de Conakry en particulier.
Deux années et quelques mois sont passés, le professeur Président a mis des centaines de millions de dollars dans l’assiette énergétique, la situation n’a fait qu’empirer si l’on en juge par les problèmes concrets que vivent les habitants de la capitale.

Lire La Suite



AudioNow

Economie

CNT : Ratification de l’Accord de Prêt relatif à la relance de la SOTELGUI

Le Conseil National de la Transition (CNT) a ratifié la semaine dernière, l’accord de prêt concessionnel relatif à l’extension et la modernisation du réseau téléphonique de Guinée (SOTELGUI).
Cet accord de prêt a été signé le 07 décembre 2013 entre la République de Guinée et la Société Export – Import Bank of Guinée.
Il s’agit d’un montant de cinquante millions de dollars (US $ 50.000.000)  qui sera utilisé non seulement pour la remise à niveau des infrastructures vétustes de la SOTELGUI

Lire La Suite



Google Ads

Politique

Alpha Condé à Labé

Aujourd'hui, nous exportons du café et du cacao mais pas de la banane. La Guinée a les mangues les plus recherchées. Les étrangers reconnaissent eux-mêmes que nos mangues sont plus douces que celles du Mali ou du Sénégal. Mais nous n'exportons plus de mangue. Nous avons commencé à exporter le coton. On produisait 40 mille tonnes de coton. A mon arrivée, ce chiffre est passé à 400 mille tonnes. J'ai réussi avec la société Géo-coton la relance de la culture du coton à Gaoual, Koundara, Siguiri et Mandianna. C'est une culture très importante pour le paysan...

Lire La Suite



Telimele

Bruxelles : les intellectuels, opérateurs économiques et ressortissants de Télimélé se mobilisent.

À Télimélé, " sur 100 enfants, 40 n’ont pas encore la chance d’aller à l’école. 25 pour cent des écoles sont d’initiatives communautaires et dans certaines sous-préfectures, elles représentent environ 50 pour cent des établissements publics  comme à Koba, Kollet, Missirah", rapportent les experts…

Le forum international pour le développement de Téliméle a réuni durant trois jours à Bruxelles de nombreux ressortissants de cette préfecture située à cheval entre la moyenne et la Basse Guinée.

Lire La Suite