• Le 3ème Parlement multipartite de Guinée débute son mandat « … Notre vision de la 3ème législature Read More
  • Publireportage : Assemblée du 20 Avril 2014 Les ressortissants de Télimélé vivant aux Etats-Unis ont l’agréable Read More
  • Sécurité routière : Bientôt la campagne de contrôle des documents des véhicules Le directeur Central de Read More
  • Guinée : 37 malades guéries de la fièvre hémorragique à virus d'Ebola (OMS) CONAKRY, 12 avril Read More
  • Ouverture de la 1ère session de la 3ème législature multipartite: en pensent les honorables députés Read More
  • L’Assemblée Nationale : ‘’Un cadre idéal de débats et d’échanges’’ Les premiers pas des députés de Read More
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Google ads

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
CAN 2012 : un Ghana-Guinée à équations multiples.

 

 

(Pour Ecouter, appuyer ci-dessous)

{play}media/mp3/art2027.mp3{/play}

Par David Kalfa

Pour s’assurer une place en quarts de finale de la CAN 2012, l’équipe de Guinée doit battre celle du Ghana, ce 1er février 2012 à Franceville, ou obtenir un meilleur résultat que le Mali face au Botswana. Problème : le Black star n’a jamais réussi au Sily national en phase finale de Coupe d’Afrique des nations.Ne demandez surtout pas aux joueurs guinéens comment ils pourraient se qualifier en quarts de finale de la CAN 2012, face au Ghana, ce 1er février 2012 à Franceville. Vous obtiendrez au mieux un très classique « il ne faut pas calculer » plein de bon sens ou, au pire, une réponse fausse. Les raisons sont simples : les joueurs ne connaissent pas le règlement de la compétition et ledit règlement est parfois compliqué.
 
Dianbobo Baldé savourait ainsi la très large victoire 6-1 face au Botswana : « On savait que mettre tous ces buts serait un avantage question goal average au cas où trois équipes auraient 6 points. » Sauf que la différence de but générale ne sera pas le premier critère pour départager les équipes, loin de là. Les confrontations particulières priment en effet.
 

Pour être certains de se qualifier, les Guinéens doivent ainsi battre les Ghanéens. Un match nul face au Black Star ne suffirait pas sauf si les Maliens, actuels deuxièmes, perdaient face au Botswana (voir "Groupe D : qualification, mode d'emploi").
 
Le Ghana ne réussit pas à la Guinée
 
Un succès serait aussi une petite revanche pour cette équipe de Guinée. En quatre matches de Coupe d’Afrique des nations, les Guinéens ont perdu trois fois face au Ghana et ont fait un match nul en 1970. Le Black Star ne réussit pas au Sily.
 
Kamil Zayatte, le capitaine, en sait quelque chose : « En 2008, au Ghana, ils nous avaient battus 2-1. On va tout faire pour les battre car on mérite d’aller beaucoup plus loin dans cette compétition. »
 
Le colosse y croit avec la folie qui s'est emparée de cette CAN 2012 : « Dans cette compétition, il y a beaucoup de surprises. Le Sénégal, le Maroc ou le Burkina Faso ont été éliminés. Pourquoi ne pas prendre exemple sur les équipes qui ont sorti les favoris et éliminer le Ghana ? » Pour cela, il faudrait gagner par quatre buts d’écart. Les Black Stars seraient alors menacés d'être mis sur la touche en cas de victoire du Mali.
 
De notre envoyé spécial à Franceville
 

Groupe D : qualification en quarts, mode d’emploi


Le Ghana est qualifié si :
 - Il gagne, peu importe le score
 - Il fait match nul, peu importe le score
 - Il perd par moins de quatre buts d’écart
 

La Guinée est qualifiée si :
 - Elle gagne
 - Elle obtient un meilleur résultat face au Ghana que le Mali face au Botswana
 Le Mali est qualifié si :
 - Il bat le Botswana et que la Guinée ne bat pas le Ghana par moins de quatre buts d’écart
 - Il bat le Botswana et que la Guinée bat le Ghana par quatre buts d’écart ou plus. Le Ghana serait alors éliminé
 - Il fait match nul et que la Guinée ne fait pas mieux face au Ghana
 
Le Botswana est qualifié si :
 - Il bat largement le Mali et que la Guinée s’incline lourdement face au Ghana

Social

Guinée : 37 malades guéries de la fièvre hémorragique à virus d'Ebola (OMS).

Depuis la mise en place d'une plan national de lutte contre les ravages de la fièvre hémorragique à virus d'Ebola, 37 personnes ont été guéries de cette maladie, a déclaré samedi Philipe Barboza de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Le dernier bilan officiel fait état de 158 cas suspects sur 102 décès enregistrés dans les centres de traitement à Conakry et dans les préfectures de Kissidougou, Mecenta, Guékédou et Dabola, situées au centre et au sud est de la Guinée.
Au cours d'une conférence d'information, l'expert médical de l'OMS a estimé que les efforts consentis par le gouvernement guinéen appuyés par les partenaires sanitaires internationaux dont l'OMS, Médecin sans frontière (MSF) et l'Unicef, ont permis de stabiliser l'élan d'évolution de l'épidémie dans le pays.
"Ces personnes guéries d'Ebola sont sorties des centres de traitements et elles continuent de mener une vie normale à Conakry et à l'intérieur du pays", a affirmé Dr Barboza, avant de précisé que "la fièvre Ebola n'est pas une fatalité, car elle est une maladie au même titre que les autres maladies".

Lire La Suite





Special

CONAKRY : Calvaire des Usagers de la route

La capitale guinéenne, qui a été fortement secouée cette semaine qui finit par de multiples mouvements de jeunes de nombreux quartiers réclamant du courant électrique a vu de nombreux citoyens se terrer chez eux. Les uns excédés par les violences de ces manifestants qui n’hésitent pas à casser des voitures ou procéder à des brigandages, d’autres ne supportant plus les interminables embouteillages.

Lire La Suite



Exclusif

CONAKRY : Les émeutes du courant

En venant au pouvoir il y aura bientôt trois ans, le Président Alpha Condé avait inscrit dans ses priorités la fourniture de l’eau et de l’électricité aux populations guinéennes et celles de Conakry en particulier.
Deux années et quelques mois sont passés, le professeur Président a mis des centaines de millions de dollars dans l’assiette énergétique, la situation n’a fait qu’empirer si l’on en juge par les problèmes concrets que vivent les habitants de la capitale.

Lire La Suite



AudioNow

Economie

CNT : Ratification de l’Accord de Prêt relatif à la relance de la SOTELGUI

Le Conseil National de la Transition (CNT) a ratifié la semaine dernière, l’accord de prêt concessionnel relatif à l’extension et la modernisation du réseau téléphonique de Guinée (SOTELGUI).
Cet accord de prêt a été signé le 07 décembre 2013 entre la République de Guinée et la Société Export – Import Bank of Guinée.
Il s’agit d’un montant de cinquante millions de dollars (US $ 50.000.000)  qui sera utilisé non seulement pour la remise à niveau des infrastructures vétustes de la SOTELGUI

Lire La Suite



Google Ads

Politique

Alpha Condé à Labé

Aujourd'hui, nous exportons du café et du cacao mais pas de la banane. La Guinée a les mangues les plus recherchées. Les étrangers reconnaissent eux-mêmes que nos mangues sont plus douces que celles du Mali ou du Sénégal. Mais nous n'exportons plus de mangue. Nous avons commencé à exporter le coton. On produisait 40 mille tonnes de coton. A mon arrivée, ce chiffre est passé à 400 mille tonnes. J'ai réussi avec la société Géo-coton la relance de la culture du coton à Gaoual, Koundara, Siguiri et Mandianna. C'est une culture très importante pour le paysan...

Lire La Suite



Telimele

Bruxelles : les intellectuels, opérateurs économiques et ressortissants de Télimélé se mobilisent.

À Télimélé, " sur 100 enfants, 40 n’ont pas encore la chance d’aller à l’école. 25 pour cent des écoles sont d’initiatives communautaires et dans certaines sous-préfectures, elles représentent environ 50 pour cent des établissements publics  comme à Koba, Kollet, Missirah", rapportent les experts…

Le forum international pour le développement de Téliméle a réuni durant trois jours à Bruxelles de nombreux ressortissants de cette préfecture située à cheval entre la moyenne et la Basse Guinée.

Lire La Suite