• Le 3ème Parlement multipartite de Guinée débute son mandat « … Notre vision de la 3ème législature Read More
  • Publireportage : Assemblée du 20 Avril 2014 Les ressortissants de Télimélé vivant aux Etats-Unis ont l’agréable Read More
  • Sécurité routière : Bientôt la campagne de contrôle des documents des véhicules Le directeur Central de Read More
  • Guinée : 37 malades guéries de la fièvre hémorragique à virus d'Ebola (OMS) CONAKRY, 12 avril Read More
  • Ouverture de la 1ère session de la 3ème législature multipartite: en pensent les honorables députés Read More
  • L’Assemblée Nationale : ‘’Un cadre idéal de débats et d’échanges’’ Les premiers pas des députés de Read More
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Google ads

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Déclaration conjointe de l’ADP et du Collectif

(Audio disponible dans la suite de l'article)

L’ADP et le Collectif déplorent la prolongation de la transition dont les conséquences pour la Guinée sont entre autres 1) le retard dans la mise en place des institutions nationales (Assemblée nationale, Cour constitutionnelle, Cour des comptes et Institutions nationales des droits humains, etc.), 2) l’aggravation des tensions sociales et politiques, 3) le blocage des financements et investissements extérieurs.
C’est pour mettre fin à cette situation que l’ADP et le Collectif continuent de mener des démarches auprès du gouvernement, des institutions républicaines et des partenaires au développement afin d’obtenir un dialogue politique autour de l’organisation des élections législatives.

 (Pour Ecouter, appuyer ci-dessous)

{play}media/mp3/art_2009.mp3{/play}

A l’analyse de ce qui prévaut aujourd’hui dans la mise en place d’un cadre de dialogue politique approprié, l’ADP et le Collectif constatent:
1.    qu’en lieu et place d’un cadre structuré mettant en présence le gouvernement et ses partis allies, d’une part, et l’opposition, de l’autre,  il est imposée une plate-forme de concertation entre le Gouvernement et sa mouvance ;
2.    les méthodes inadaptées du comité de médiation, qui se traduisent par :

 

a)    un manque d’indépendance manifeste du comité de médiation dans la conduite du dialogue,
b)    la nomination de deux cadres du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation comme membres du comité de médiation,
c)    la démission d’un membre du comité de médiation sans que les parties intéressées par le dialogue n’en soient informées des raisons,
d)    des démarches unilatérales et solitaires du Président du comité de médiation auprès des autorités.
Face à cette situation, l’ADP et le Collectif, tout en renouvelant leur volonté d’aller à un dialogue politique fécond, entendent engager toutes les démarches pour parvenir à cet objectif. Pendant ce dialogue, l’ADP et le Collectif voudront connaître du Gouvernement, les réponses aux questions suivantes :
1.    pourquoi s’opposer à la restructuration d’une CENI inadaptée et incohérente, et dont le Président est incontestablement favorable au pouvoir, alors que le gouvernement a procédé au remplacement de ses représentants?
2.    pourquoi vouloir d’un ré-enrôlement exhaustif avec délivrance de cartes d’identité alors que la CENI n’est pas une agence de police judiciaire et que le code électoral à l’article 19 stipule une révision ?
3.    pourquoi les administrateurs territoriaux (Gouverneurs, Préfets et Sous-préfets) orientent-ils toutes les activités de l’Etat en faveur du Président de la République ?
4.    pourquoi substituer aux conseils communaux élus, des délégations spéciales composées de militants du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) ?
5.    pourquoi les medias publics sont transformés en moyens de propagandes pour le culte de la personnalité et au service exclusif du RPG ?
L’ADP et le Collectif considèrent que seul le Gouvernement a la responsabilité et la compétence de répondre à ces questions.
L’ADP et le Collectif en appellent aux amis de la Guinée pour demander au Président de la République de permette un dialogue politique constructif entre le Gouvernement et sa mouvance, d’une part, et l’opposition, de l’autre.
L’ADP et le Collectif, dans leur élan d’unité et de cohésion, invitent tous les partis politiques soucieux de participer à des élections libres, transparentes et crédibles à se joindre à eux pour obtenir un dialogue franc et direct avec le Gouvernement afin de lever les obstacles qu’il pose dans la marche vers les législatives dont les résultats seront acceptés par tous.
Conakry, le 12 janvier 2012
L’Alliance pour la Démocratie et le Progrès et le Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition

Social

Guinée : 37 malades guéries de la fièvre hémorragique à virus d'Ebola (OMS).

Depuis la mise en place d'une plan national de lutte contre les ravages de la fièvre hémorragique à virus d'Ebola, 37 personnes ont été guéries de cette maladie, a déclaré samedi Philipe Barboza de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Le dernier bilan officiel fait état de 158 cas suspects sur 102 décès enregistrés dans les centres de traitement à Conakry et dans les préfectures de Kissidougou, Mecenta, Guékédou et Dabola, situées au centre et au sud est de la Guinée.
Au cours d'une conférence d'information, l'expert médical de l'OMS a estimé que les efforts consentis par le gouvernement guinéen appuyés par les partenaires sanitaires internationaux dont l'OMS, Médecin sans frontière (MSF) et l'Unicef, ont permis de stabiliser l'élan d'évolution de l'épidémie dans le pays.
"Ces personnes guéries d'Ebola sont sorties des centres de traitements et elles continuent de mener une vie normale à Conakry et à l'intérieur du pays", a affirmé Dr Barboza, avant de précisé que "la fièvre Ebola n'est pas une fatalité, car elle est une maladie au même titre que les autres maladies".

Lire La Suite





Special

CONAKRY : Calvaire des Usagers de la route

La capitale guinéenne, qui a été fortement secouée cette semaine qui finit par de multiples mouvements de jeunes de nombreux quartiers réclamant du courant électrique a vu de nombreux citoyens se terrer chez eux. Les uns excédés par les violences de ces manifestants qui n’hésitent pas à casser des voitures ou procéder à des brigandages, d’autres ne supportant plus les interminables embouteillages.

Lire La Suite



Exclusif

CONAKRY : Les émeutes du courant

En venant au pouvoir il y aura bientôt trois ans, le Président Alpha Condé avait inscrit dans ses priorités la fourniture de l’eau et de l’électricité aux populations guinéennes et celles de Conakry en particulier.
Deux années et quelques mois sont passés, le professeur Président a mis des centaines de millions de dollars dans l’assiette énergétique, la situation n’a fait qu’empirer si l’on en juge par les problèmes concrets que vivent les habitants de la capitale.

Lire La Suite



AudioNow

Economie

CNT : Ratification de l’Accord de Prêt relatif à la relance de la SOTELGUI

Le Conseil National de la Transition (CNT) a ratifié la semaine dernière, l’accord de prêt concessionnel relatif à l’extension et la modernisation du réseau téléphonique de Guinée (SOTELGUI).
Cet accord de prêt a été signé le 07 décembre 2013 entre la République de Guinée et la Société Export – Import Bank of Guinée.
Il s’agit d’un montant de cinquante millions de dollars (US $ 50.000.000)  qui sera utilisé non seulement pour la remise à niveau des infrastructures vétustes de la SOTELGUI

Lire La Suite



Google Ads

Politique

Alpha Condé à Labé

Aujourd'hui, nous exportons du café et du cacao mais pas de la banane. La Guinée a les mangues les plus recherchées. Les étrangers reconnaissent eux-mêmes que nos mangues sont plus douces que celles du Mali ou du Sénégal. Mais nous n'exportons plus de mangue. Nous avons commencé à exporter le coton. On produisait 40 mille tonnes de coton. A mon arrivée, ce chiffre est passé à 400 mille tonnes. J'ai réussi avec la société Géo-coton la relance de la culture du coton à Gaoual, Koundara, Siguiri et Mandianna. C'est une culture très importante pour le paysan...

Lire La Suite



Telimele

Bruxelles : les intellectuels, opérateurs économiques et ressortissants de Télimélé se mobilisent.

À Télimélé, " sur 100 enfants, 40 n’ont pas encore la chance d’aller à l’école. 25 pour cent des écoles sont d’initiatives communautaires et dans certaines sous-préfectures, elles représentent environ 50 pour cent des établissements publics  comme à Koba, Kollet, Missirah", rapportent les experts…

Le forum international pour le développement de Téliméle a réuni durant trois jours à Bruxelles de nombreux ressortissants de cette préfecture située à cheval entre la moyenne et la Basse Guinée.

Lire La Suite