•  “NON” à la  Servitude Involontaire  et  “OUI” à   L'Education de nos Filles

    “NON” à la Servitude Involontaire et “OUI” à L'Education de nos Filles

    “NON” à la Servitude Involontaire et “OUI” à L'Education de nos Filles La journée internationale Lire La Suite...
  • La liberte de la Presse: Un combat permanent

    La liberte de la Presse: Un combat permanent

    {rokcomments}À l'heure où l'UNESCO, les Nations Unies, les associations professionnelles des médias, ainsi que le Lire La Suite...
  • Le général Mamadou Korka Diallo n’est plus

    Le général Mamadou Korka Diallo n’est plus

    C’est le ministre de la défense en personne qui nous a annoncé que, notre ami Lire La Suite...
  • SAGA Bah Oury-UFDG

    SAGA Bah Oury-UFDG

    En quelques mots, voici les derniers échanges entre l’UFDG et Bah Oury. UFDG à Bah Lire La Suite...
  •  Chronique d'une victoire

     Chronique d'une victoire

    La journée internationale de la femme, officialisée en 1977 par les Nations Unies, est là Lire La Suite...
  • Communauté Guineenne D’Amerique – New York-New Jersey- Connecticut (GUICA NY-NJ-CT)

    Communauté Guineenne D’Amerique – New York-New Jersey- Connecticut (GUICA NY-NJ-CT)

    Communauté Guineenne D’Amerique – New York-New Jersey- Connecticut (GUICA NY-NJ-CT) Chères Guinéennes et Guinéens, Chers compatriotes, Lire La Suite...
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
Share this post
FaceBook  Twitter     

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Une Ecole pas comme les autres :L’école d’application de Labé

(Audio disponible dans la suite de l'artcile)

L’école d’application de Labé est un établissement scolaire du premier degré de forme     H à un étage avec rez de chaussée ; elle a été construite dans le cadre du premier plan triennal de la Guinée indépendante (1960-1963).
Elle a servi successivement de lycée, d’école secondaire de la santé.

(Pour Ecouter, appuyer ci-dessous)

{play}media/mp3/art1993.mp3{/play}

C’est après la restauration de l’Ecole Nationale des Instituteurs (ENI) et du Centre de Formation Professionnelle (CFP) par la Banque Africaine de Développement (BAD) en 1988, que l’avenant de ce projet a servi à la rénovation des bâtiments de cette école contiguë l’ENI et au CFP.

Après les travaux de rénovation, l’école fut mise au compte du primaire pour servir d’école d’application à cause de sa proximité avec l’Ecole Normale des Instituteurs.
L’école comprend 17 salles de classes, deux blocs et toilettes, deux caves sous chaque aile, une direction, un magasin, une salle de réunions, une salle de projection, deux magasins et une infirmerie qui n’est que de nom, à cause du manque de médicaments et de personnel.
L’une des particularités de cette école est que sur un effectif de 21 enseignants les 20 sont des dames ; le Directeur en constituant l’exception.

Selon le Directeur de l’Ecole Mamadou Oury Bah, il gère un effectif de 615 élèves dont 318 filles, ce qui est une performance en matière d’équité entre filles et garçons.
Deux autres mérités militent en faveur de cette école :


Un témoignage de satisfaction décernée par le Ministre de l’enseignement à l’institutrice Bintou Tounkara qui a été élue  meilleure institutrice de Labé  et officiellement invitée aux dernières assises nationales sur l’éducation à conakry.

Le second satisfecit a été décerné par le Ministre de l’enseignement à l’élève Lansana Diakité pour avoir été le premier de la  préfecture de Labé aux derniers examens d’entrée en 7ème année.

L’autre particularité de l’école est que, malgré la rigueur observée au cours des examens nationaux 2010-2011 ; à l’examen d’entrée en 7ème année, sur 80 candidats 60 ont été admis soit 75% dont le premier de la préfecture. A cet examen,  45 filles étaient candidates et 31 ont réussi, soit 68.89% ; là également les filles sont en avance sur les garçons.

Malgré toutes ces performances, il y a « l’arbre qui cache la forêt » ; cette école, depuis sa rénovation en 1988, se dégrade de jour en jour.

La Direction de l’école impuissante face à la dégradation de ce bijou par manque de moyens ; on y observe pourtant des vides à la place des plafonds, des murs crasseux par manque de peinture, une partie des toilettes hors d’usage malgré les efforts fournis par la Direction. Quant au mobilier (tables- bancs, armoires, et bureaux des maîtres), cela est une autre histoire
Le cas du forage équipé d’un aspirateur et qui servait à toute la cité est depuis une dizaine d’années hors d’usage, malgré les appels répétés à l’endroit des services techniques via l’administration, rien n’y est fait.
SOS donc pour l’Ecole d’application de Labé.

Mody Sory Diallo

Google Ads